Carnaval de Limoux sculture de fernand garanto

Sculpture du buste de la bande réalisé par Fernand Marc GARANTO.

Carnaval de Limoux “Las Coudénos

Mot patois qui veut dire la couenne du cochon“. c’est un des leaders des bandes qui s’expriment sur la place de la République les samedis, durant la période du Carnaval de LIMOUX. Lequel s’étale sur 3 mois d’hiver c’est le plus long du monde. Les « fuchsia et noir », au nombre de 15 le matin à 11 heures, lors de leur sortie thématique, s’enrichissent de leurs « accompagnants » pour atteindre 25 participants, au cours de leurs prestations de 17 et 22 heures.

Une des caractéristiques de notre équipe qui cultive la mixité, a été fondée en 1997 outre les magnifiques costumes qu’a voulu notre Président Jean Michel HOMS, est l’excellente ambiance qui lie ses membres. Dans cette bande ouverte, puisqu’en effet nous accueillons de nouveaux carnavaliers, le lien se déroule à l’année au cours de rencontres, repas et confection du Thème qui préside à la sortie du Carnaval de Limoux de 11 heures sous les arcades de la place de la république de Limoux.

Ainsi, vous le voyez, nous ne nous rencontrons pas seulement le jour de notre apparition sur la place de la république de Limoux mais, ayant le culte de l’amitié, à l’année. Enfin et surtout, la passion du carnaval de Limoux nous habite.

Les musiciens, la bande à Rech, donnent le rythme aux masques.

La diversité des instruments (trompette, clarinette, baryton, trombone à coulisse, basse, contrebasse, grosse caisse, caisse claire, hélicon), n’est pas un hasard, elle correspond à la volonté de coordonner le rythme au pas de danse, rythme d’ailleurs différent selon qu’il s’agit de la sortie du matin, de l’après midi ou du soir.
Les masques dansent seuls, les bras levés, le geste de la main soulignant la mélodie.

La carabène, prolongement de la main, tient une place capitale dans l’ensemble de la gestuelle, elle souligne l’élévation et la légèreté.

 La main libre, comme l’autre, doit toujours se tenir au dessus des épaules. Miroir de l’autre, elle sert à équilibrer le mouvement ; c’est elle qui raconte l’histoire, qui décrit l’atmosphère, souligne la couleur d’une expression précise voulue par le Fécos.